Retour au sommaire

Bien travailler ensemble passe par le savoir-être

La taxe d’apprentissage permet au CFA de l’Édition de financer les investissements et les frais de fonctionnement nécessaires à la formation de nos étudiants-apprentis. Elle permet aussi la rémunération d’intervenants, au-delà de la formation académique et professionnelle dispensée au sein du CFA de l’Édition. Un de nos programmes, rendus possibles grâce à la perception de la taxe d’apprentissage, est l’accompagnement et le mentorat de nos étudiant(e)-apprenti(e)s en entreprise pour une intégration réussie dans le monde professionnel, où savoir-faire et savoir-être vont de pair. Au CFA de l’Édition, c’est Gilles Pascaud, DRH aguerri et expert des relations humaines et sociales, qui nous parle de son rôle et de ses missions.

DRH pendant plus de 30 ans dans plusieurs entreprises de différents secteurs de l’économie française (électronique, imprimerie, automobile, logistique, édition…), j’ai toujours été intéressé par l’accompagnement des salariés, pour leur permettre de grandir dans l’entreprise et d’accéder à de nouvelles fonctions. C’est un vrai enrichissement. Pour moi, il s’agit de transmettre ma vision humaniste des relations sociales et humaines.

 

J’ai deux missions principales dans mon accompagnement au CFA de l’Édition. La première est de recruter les étudiant(e)s-apprenti(e)s des BTS, Licence et Masters. Mon objectif est de trouver les meilleurs candidats afin de bâtir une promotion cohérente, avec une réelle diversité des parcours, des études, des projets, des rêves ; que toutes ces différences soient une source d’enrichissement pour chacun.

Les recrutements pour les formations sont dans un premier temps effectués sur dossiers puis, dans un second temps lors d’un entretien, de 20 minutes.

Ces entretiens sont réalisés par des enseignants de nos formations, des personnes issues du monde de l’entreprise et des membres de l’équipe du CFA afin d’envisager à la fois la capacité à apprendre et le potentiel qui pourra être développé en entreprise.

Dans ces entretiens, je m’intéresse plus au savoir-être, au parcours global des candidats, à leurs sources d’intérêts en dehors des études ou du travail, j’essaie de gratter le vernis pour voir les couches profondes de l’être et ainsi projeter le candidat dans un avenir possible.

 

Ma seconde mission est de suivre les étudiant(e)s-apprenti(e)s dans les entreprises pour que les apprentissages se passent au mieux dans le meilleur des mondes.

En général, tout se passe bien, les apprenti(e)s s’intègrent bien, les entreprises et maîtres d’apprentissage sont à l’écoute et les ajustements nécessaires se font d’eux-mêmes au fil du temps.

Quelques fois, c’est plus compliqué… Les apprenti(e)s ont du mal à trouver leurs marques dans le monde des entreprises qui est si différent de celui des lieux d’enseignement, les maîtres d’apprentissage ont du mal à accompagner un apprenti aux aspirations trop éloignées de leur quotidien. A la demande du CFA, je dois alors intervenir tant auprès des apprenti(e)s que des entreprises et des maîtres d’apprentissage afin de gérer et régler aux mieux des situations qui paraissent difficiles. Il faut alors beaucoup échanger, aider à comprendre le point de vue de l’autre, tout simplement renouer le fil d’un dialogue rompu et permettre à tous de bien travailler ensemble.