Retour au sommaire

La formation des libraires : un axe clé pour 2014

Matthieu de Montchalin, président du Syndicat de la librairie française, a présenté les grands axes de l'année du Syndicat national de la librairie lors de la traditionnelle cérémonie des vœux. Étaient également présents le président du SNE, Vincent Montagne, ainsi que plusieurs responsables de maisons ou de groupes d'édition comme Alain Kouck, Sylvie Marcé, Jean-Paul Capitani, Paul Otchakovsky-Laurens, Liana Lévi, Sabine Wespieser, soulignant ainsi l'importance accordée par les éditeurs à ce circuit de vente primordial (voir à ce sujet les reprises de certaines librairies Chapitre par Albin Michel ou le groupe Madrigall).

Les axes stratégiques présentés : évolution des pratiques, formation, communication.

Évolution des pratiques et formation

L'accompagnement des libraires dans l'évolution de leurs pratiques professionnelles et la rénovation de la politique de formation ont ainsi été présentés comme les axes prioritaires de l'année 2014. La méthodologie présentée est simple et progressive :

  • évaluation,
  • recensement des meilleures pratiques ou des plus innovantes
  • puis mutualisation

Autant d'éléments qui permettront une différenciation par rapport aux autres circuits, et qui renforceront la qualité de l'offre et du service. Ces éléments nécessiteront un engagement fort de la part des acteurs de la librairie, mais, à terme, permettront une profonde évolution du métier.

" Ces réflexions nous mènent naturellement à la formation qui doit être adaptée pour devenir un véritable outil pour les futurs libraires, les créateurs, les repreneurs et tous les professionnels en activité dans notre secteur" a ainsi souligné Matthieu de Montchalin.

Le lancement cette année d'un observatoire de la librairie comme "outil au service de la formation et de l'évolution des pratiques” viendra contribuer à structurer ce projet essentiel, au moment ou 2013 a vu la fermeture de nombreuses libraires, et des débats houleux sur les frais de port (voir à se sujet le renforcement par le Sénat début janvier de la proposition de loi tendant à encadrer les conditions de la vente à distance des livres, votée à l'unanimité à l'Assemblée nationale le 3 octobre 2013).

Mais il a aussi souligné que le « Plan librairie » mis en œuvre par Aurélie Filippetti avait concrétisé de nombreux points positifs :

  • Le retour de la TVA au taux réduit
  • La création du fonds d'aide à la trésorerie (le FALIB) au sein de l'IFCIC
  • Le renforcement des interventions de l'ADELC, notamment en matière de transmission, grâce à dotation du CNL et des éditeurs que je tiens à remercier ici pour leur solidarité
  • Le doublement des aides aux librairies du CNL
  • Et bien sûr, le rééquilibrage de la concurrence en matière de vente sur Internet grâce à la loi discutée actuellement au Parlement.

Pour un développement des librairies en ligne

Il a également insisté sur l'intérêt de renforcer la présence de la libraire en ligne. Cela passe par le développement des plates-formes, qui offrent aux libraires de multiples services :

  • la géolocalisation des stocks
  • un site BtoC et BtoB
  • ainsi que la possibilité de vente de livres numériques.

L'amélioration de la communication auprès des consommateurs constitue également une des clés du succès des libraires auprès de leurs clients.

Il a rappelé que la librairie indépendante était aujourd'hui le réseau physique qui résistait le mieux, celui dont le modèle commercial basé sur la diversité de l'offre, sur du personnel qualifié, sur l'accueil, sur les animations, correspondait ainsi le mieux aux attentes des clients.