Retour au sommaire

Embaucher en alternance ? Des avantages !

Les nouvelles mesures adoptées par le parlement dernièrement font de « l'alternance et (de) l'apprentissage (...) un grand programme national pour notre pays » (F. Hollande le 7/07/2014, ouverture de la conférence sociale)

L’alternance, c’est en effet à la fois :

  • Plus de compétences
  • Plus de savoirs-faire sur-mesure pour votre service
  • Moins de charges
  • = Une équation gagnante pour toutes les entreprises, PME ou grands groupes !

 

Le CFA : votre « découvreur de talents » (Pauline Lewasseur,  Wolters Kluwer)

Prendre un jeune en apprentissage, c’est cumuler plusieurs types d'avantages, et pas seulement financiers :

  • d’abord, grâce à la possibilité de transmettre sa passion du métier ; n'est-elle fondamentale dans un secteur comme celui du livre, des publications et de la culture ?
  • c'est aussi disposer de la facilités pour renforcer une équipe, augmenter des compétences adaptées aux besoins spécifiques des entreprises tout en bénéficiant d’un équilibre en savoirs théoriques et savoir-faire professionnels (codes, valeurs de l’entreprise) ; le tertiaire est par exemple le principal recruteur en apprentissage, y compris dans des secteurs extrêmement pointus comme l’aéronautique… et le numérique ;
  • les aides administratives et financières sont conséquenctes et permettent à tous les types de structures de bénéficier d'un apprenti:
    • grâce aux services du CFA de l’édition-Asfored qui agit comme un véritable « découvreur de talents » (Pauline Lewasseur, maître d’apprentissage et chef de fabrication chez Wolters Kluwer) par l’efficacité de sa sélection d’étudiants du BTS Édition et de la Licence professionnelle Métiers de l’édition, qui accompagne et facilite les démarches des employeurs tout au long des contrats d'apprentissages,
    • grâce à la réforme globale de l’apprentissage lancée en 2013 avec la loi du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l’emploi et à la démocratie, ainsi qu'aux mesures annoncées lors de la conférence sociale du 8 juillet dernier pour renforcer l’apprentissage (voir ci-dessous) ;
  • c'est apporter une nouvelle motivation et une nouvelle vision de l’activité quotidienne aux équipes internes ;
  • c'est pouvoir développer une activité plus facilement ;
  • c’est également contribuer au développement de l’économie locale.

 

Témoignages :

  • Frédéric Sauzé, directeur de production chez Dunod et Hachette Livre :

L’apprentissage, c’est « un échange », « repérer des éléments intéressants », « c’est aussi un élément de motivation pour mes équipes parce qu’ils aiment bien former les gens », « cela met un sang nouveau régulier qui est aussi un élément motivant. »

  • Pauline Lewasseur, maître d’apprentissage et chef de fabrication chez Wolters Kluwer :

L'apprentissage, c'est aller « vers un professionnalisme et une intégration à 100 % des techniciens de fabrication au sein de notre service. » 

 

L'aprentissage : un choix de sécurité et de qualité

On peut donc dire que la voie de l’apprentissage en alternance constitue un choix de sécurité et de qualité de parcours, pour les jeunes comme pour les entreprises ! 81% des apprentis trouvent un emploi durable dès la sortie de leur formation à partir du niveau III – bac+2 et plus.

Il constitue une voie privilégiée d’ accès à la qualification comme à une insertion professionnelle durable.

Nous détaillons en outre ci-dessous les éléments de sécurisartion du parcours de l’apprenti qui ont été ajoutés par la loi du 5 mars 2014.

 

Téléchargez le Book des alternants du BTS Édition

Téléchargez le Book des alternants de la Licence professionnelle Métiers de l’édition spécialité édition et commerce du livre

 

Rappel des nouvelles mesures en faveur de l’apprentissage

 Conférence sociale du 7/07/2014

  Objectif : 500 000 apprentis en 2017
  Nouvelle prime de 1 000 euros pour l’embauche d’un premier apprenti pour toute entreprise de moins de 50 salariés, dès la rentrée prochaine ; elle pourra s’additionner à la prime de 1 000 euros à laquelle les entreprises de moins de 11 salariés ont droit dès qu’elles embauchent un apprenti
  Financement des CFA par les entreprises majoré à hauteur 150 millions d’euros supplémentaires dès 2015
  Ressource fiscale assise sur la masse salariale pour assurer les nouvelles compétences des régions, financeurs principaux de l’apprentissage, bénéficieront également dès 2015 d’une, les « contrats de progrès » : augmentation du nombre d'apprentis, valorisation et formation des maîtres d'apprentissage, accompagnement des CFA pour trouver des employeurs, prévention des ruptures, mixité des recrutements, embauches de jeunes issus des zones urbaines sensibles
  Accueil de 10 000 apprentis à la rentrée 2016 par les administrations d'État (contre 700 aujourd'hui)

 

 

 Loi du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l’emploi et à la démocratie sociale

 P lus de financements : 57 M€ dès 2015, 159 M€ en 2016 et 267 M€ en 2017
 T rois éléments de sécurisation du parcours de l’apprenti ont été ajoutés :
  •  missions d’accompagnement des jeunes, pour notamment prévenir les ruptures de contrats, confiées aux CFA
  • incitation des branches professionnelles à négocier sur la formation des maîtres d’apprentissage
  • création de la possibilité de conclure un contrat à durée indéterminée comportant une période d’apprentissage, à l’issue de laquelle la relation contractuelle se poursuit naturellement sous l’égide du droit commun du travail ; une telle mesure, tant au bénéfice du salarié que de son employeur, devra permettre autant de fidéliser l’apprenti ayant obtenu son titre ou diplôme que d’offrir à ce dernier une perspective de stabilité et d’évolution dans l’entreprise, mais aussi une possibilité d’autonomie en lui offrant un meilleur accès au logement et au crédit bancaire

 

Enfin, la loi du 20 janvier 2014 garantissant l’avenir et la justice du système des retraites a aussi permis d’améliorer les droits à la retraite des apprentis.

 

Consultez notre service dédié au sein de l'Asfored !

Voir aussi