Retour au sommaire

Livre numérique / livre papier : quels arguments ?

Le dernier Baromètre annuel des usages du livre numérique publié à l'occasion du Salon du Livre de Paris (réalisé par Opinionway pour la Sofia, le SNE et la SGDL - mars 2014) est sans appel : facilité de stockage, de rangement, de transport et mobilité sont du côté du livre numérique, mais...

Le prix constitue également un argument clé en faveur de ce type de livre : de 58 % en 2013, les utilisateurs sont désormais 61 % à considérer que le facteur prix fait pencher la balance du côté du numérique. Les tarifs sont effectivement inférieurs d’au moins 15 % pour les versions électroniques, et peuvent aller jusqu'à -40 % (-37 % exactement pour Le guide des meilleurs vins de France 2013, Hachette). Mais la moyenne se situe plutôt autour de -25 à -30 % pour les nouveautés de la rentrée littéraire (source : www.quechoisir.org).

Des arguments clés toujours en faveur du papier

Pourtant, les arguments en faveur du livre papier ont également progressé : si le plaisir et le confort de la lecture sont restés stables en 2014 (76 et 65 %), comme la qualité du choix (67 %), le plaisir d'offrir ou de partager un livre ont augmenté de 3 points en faveur du numérique (à 76 %) tout comme la variété du choix proposé (64 %).

Mais un nouvel argument en faveur du papier est apparu en 2014 : la facilité de prendre des notes (55 %). Un point en faveur d'un usage simple qui vient contredire les arguments pourtant souvent avancés parmi les avantages de l'utilisation du numérique.

Que lit-on en version numérique ?

Si la Littérature reste en tête des domaines les plus achetés (64 %) ET des plus lus (quoique sur ce dernier critère en perte de 3 points à 63 %), le secteur Religion et ésotérisme marque également une belle remontée de 3 points (à 9 %), alors qu'en version papier ce secteur est stable (1,4 % d'après les Repères statistiques 2013, chiffres 2012).

Les canaux de distribution sont quant à eux en majorité... les sites des opérateurs Internet (48 % des ventes), devant les sites Internet des grandes surfaces spécialisées (33 %)  et les librairies (18 %).

CanauxVenteLivresNumeriques Barometre2014 Sofia

 

Les Bandes-dessinées et le secteur Scolaire enregistrent quant à eux les plus fortes baisses (-5 points et -7 points, à respectivement 16 % et 12 %), ce dernier chutant également en quantité de livres numériques lus ou consultés (-3 points à 16 %) tandis que les Sciences humaines et sociales enregistrent une belle hausse de 3 points des livres lus ou consultés (à 21 %).

Sur quels supports ?

Quant aux supports, ils sont désormais légèrement en faveur des tablettes : 40 % des lecteurs lisent sur ce type de support (72 % des possesseurs de tablette), contre 39 % sur un ordinateur portable (bien qu'ils en possèdent un à 48 %), 23 % sur liseuse (alors qu'ils sont sans surprise 91 % des possesseurs de liseuse) et – quand même ! – 22 % sur Smartphone (27 % des possesseurs de Smartphone).

Pour qui ?

Dernier point : le profil type du lecteur de livre numérique est plutôt... un homme jeune (moins de 25 ans) et diplômé, et sera dans l'avenir plutôt dans l'agglomération parisienne et sans emploi.

Loin des problématiques actuelles de décentralisation ou parité ?

 

À lire également : l'étude très complète réalisée par le MOTif et publiée en février 2013 sur Les Pratiques de lecture et d'achat de livres numériques, par Dominique Boullier et Maxime Crépel

Voir aussi