Retour au sommaire

Le livre numérique progresse

Le Livre numérique progresse grâce aux tablettes et aux liseuses

C'est l'un des enseignements que l'on peut tirer de l'étude réalisée par GFK* et présentée le 13 février dernier à la Bourse de Paris.

Laurent DONZEL, Directeur des marchés de l’Entertainment chez GfK précise : « Si 9 Français sur 10 ont acheté au moins un bien culturel physique au cours des 12 derniers mois, la part des Français ayant acquis au moins un bien culturel digital au cours de l’année écoulée est de 64% de la population. Désormais, nous observons que les biens dématérialisés représentent plus de 2/3 des biens acquis [...]. »

Mais si la progression en pourcentage est assez significative (+ 110 %), les ventes de livres numériques ne représentent malgré tout que 1,1 % du marché global, soit 44 millions d’euros (le marché devrait presque doubler cette année, pour atteindre 75 millions d’euros). Chiffre à rapprocher des 5 millions d'exemplaires téléchargés, soit 1,4 % du volume total. Il faut dire que l'offre d'ouvrages en versions numériques ePUB, ou éventuellement PDF, reste bien inférieure à l’offre papier.

Si l’objet livre reste fortement ancré, le segment du livre numérique profite (un peu) de l’essor des liseuses estimées à 350 000 en 2013 (400 000 attendues cette année), et beaucoup de l'essor des tablettes avec 6,2 millions d'unités vendues en 2012 (et 7,5 millions estimées cette année) pour séduire de plus en plus de consommateurs.

La part des lecteurs numériques qui ont téléchargé des livres sous ce format au cours de l’année écoulée est ainsi en progression (1 Français sur 5), et cette tendance devrait se poursuivre sur 2014.

"Une heure de moins est consacrée à la lecture depuis 2011", érosion qui s’explique par un glissement du nombre de lecteurs « moyens » au profit de « petits lecteurs » explique Laurent DONZEL. Et si le temps de lecture continue de s’effriter, les gros acheteurs  de plus de15 livres par an, se raréfient également : 7 % en 2013, contre 10 % en 2011.

 

Depenses annuelles Livres GFK 02-2014

 

Le budget moyen consacré aux ouvrages est également en léger repli par rapport à fin 2012 (81 €).

Au global, les ventes de biens et contenus culturels reculent de 4 %, à 7,54 milliards d’euros.

 

 

Pour son bilan annuel, l’institut complète les résultats de son panel mensuel des ventes des détaillants par les données des distributeurs, pour prendre en compte notamment le scolaire, dont une partie échappe à la librairie traditionnelle, et qui a été marqué en 2013 par un net recul, précise Livres Hebdo dans son article en ligne du 14/02/2014.

Cette estimation a donc été réalisée à partir des données des plateformes de distribution, des revendeurs qui ont accepté de communiquer leurs chiffres, et sur les premiers résultats du panel consommateurs lancé l’an dernier explique Sébastien Rouault, responsable du secteur chez GfK.

 

 

 

 

 *Étude réalisée en ligne du 13 septembre au 4 octobre 2013 auprès de 2 360 personnes âgées de 10 à 65 ans .

Voir aussi